Haro est une ville de la communauté autonome de La Rioja, à la tête de la région homonyme et la commune la plus importante de la zone appelée Rioja Alta.

    Son activité économique se centre principalement sur la viticulture et l’élaboration de vins, ses caves attirant de nombreux touristes, et sur l’importance de son patrimoine architectonique et urbanistique.

    vinedos
    ayunta2
    santotomas
    virgendelavega
    vinedos2
    sanfelices

    À voir :

    • Le Palais de Bendaña

      Le Palais de Bendaña : bâtiment qui depuis le XVe siècle chevauche l’ancien mur d’enceinte de la ville. Il a servi de refuge aux membres de la famille royale pendant les guerres et aux porte-drapeaux pendant les périodes de paix. L’office du tourisme se trouve au rez-de-chaussée.

    • Palais des Contes d’Haro

      Le Palais des Contes d’Haro, construit aux XVIe et XVIIe siècles, mélange les styles Renaissance et Baroque. Il se caractérise par sa façade à doubles colonnes salomoniques et son fronton rouge, ainsi que par les différents motifs, blasons et médaillons.

    • L’ancien couvent de San Agustín

      L’ancien couvent de San Agustín, fondé en 1373, a servi de couvent de l’Ordre de San Agustín jusqu’en 1834. Dès 1803, le bâtiment a également fait office de maison de la charité et de la bienfaisance. Il a été ensuite utilisé comme hôpital, école, prison, gare routière et en 1989 il a été converti en hôtel quatre étoiles : l’hôtel Los Agustinos.

    • Théâtre Bretón de los Herreros

      Le Théâtre Bretón de los Herreros a ouvert ses portes en 1842, à l’issue de l’aménagement de l’église du couvent de San Agustín et a été rénové en 1861. Actuellement, il compte un riche programme culturel : cinéma, festivals de théâtre, salles des expositions… et accueille tous les ans le concours national de théâtre « Garnacha de Rioja ».

    • Musée « El Torreón »

      Le Musée « El Torreón » : son bâtiment est le seul vestige des murailles qui défendaient la ville d’Haro dès le XIIe siècle. Il forme un ensemble gothique-plateresque, avec une tour gothique datant du XIVe siècle et sa façade plateresque du palais, du XVe siècle.

    • L’hôtel de ville

      L’hôtel de ville construit en pierre de taille au XVIIIe siècle se trouve sur la Plaza de la Paz. Sur le haut de la façade, se loge le blason de la ville, de style baroque, qui porte l’inscription : « REINANDO CARLOS III / AÑO DE MDCCLXIX » (Sous le règne de Charles III, Année 1769). Une horloge a été installée sur le haut de la façade principale en 1857.

    • L’Ermitage de San Felices

      L’Ermitage de San Felices, situé sur les Riscos de Bilibio à 6 km d’Haro, fut construit pour la première fois 1694 en l’honneur de San Felices, le saint patron de la ville. L’ermitage que nous connaissons aujourd’hui est de 1710 et fut reconstruit en 1862 et 1942. C’est là que se déroule la célèbre bataille du vin d’Haro.

    • L’église de Santo Tomás

      L’église de Santo Tomás fut construite en l’honneur du saint et se caractérise par sa grande tour et sa façade principale de style plateresque, avec des images du Calvaire. Elle fut déclarée bien d’intérêt culturel en 1931.

    • La Basilique de Notre-Dame de la Vega

      La Basilique de Notre-Dame de la Vega située à la Vega, serait datée du Xe siècle. Le bâtiment de style baroque abrite le retable baroque du maître-autel construit en 1740. En son centre se trouve une statue de la Vierge Marie, entourée de ses parents San Joaquín et Santa Ana.

    • Musée de la Vierge de la Vega

      Le Musée de la Vierge de la Vega situé au rez-de-chaussée du bâtiment (XVIIe siècle) annexe à la basilique a été baptisé la « maison des ermites ». Il fut inauguré en mai 2002, pour commémorer le 450e anniversaire de la fondation de la confrérie.

    • Barrio de la Estación

      Le Quartier de la station a commencé à se dessiner au milieu du XIXe siècle, lorsque les chevaux, moyen de transport traditionnel du vin, furent remplacés par un train moderne et ses « chemins de fer ». Il faut ajouter à cela que de nombreux cavistes français, venus à La Rioja pour y acheter des vins qui serviraient à remplacer leurs mauvaises vendanges, les vignes françaises ayant été ravagées par l’oïdium (1863) et la phylloxera (1867), installèrent leurs centres d’exportation dans les environs de la gare provisoire.
      Ce quartier qui compte plus de 150 ans d’histoire, élabore des vins depuis la moitié du XIXe siècle. Il compte le plus grand nombre de caves centenaires du monde.

    • Les vignobles

      Les vignobles : le paysage d’Haro est le lieu idoine pour tous ceux qui veulent s’initier au monde du vin, sont en quête d’expériences et d’activités en plein air, ou pour les plus exigeants qui veulent parfaire leurs connaissances vitivinicoles.